Je n’ai plus de mots mais des flots.

 

Je n’ai plus de voix mais des échos.

 

Dans une aire lointaine et certaine des choix à  perte de vue.
Je suis brisée, j’ai tous mes morceaux.

 

Qui viendra me recoller?

 

je suis solitaire appliquée je m’assigne à ma fonction .

 

J’agis par la foi et je suis complementée.

 

Il y a seul le cœur de Dieu qui puisse battre à la  mesure du mien quand vient le brisement.

Dans son encouragement il ajuste ses battements en sorte qu’il comprend à la perfection l’état de mon âme et de mon esprit.

 

Ainsi mon Cœur  forgé dans la braise de l’épreuve porte les signes tangible de la foi et de l’espérance en toi mon Dieu.

 Le temps d’affliction du désert  n’est  nul autre l’opportunité d’exprimer ma reconnaissance en vers  Yahvé Shalom.

 

Cette période humiliante aura  je le crois moi  Blumenvase une raison d’exprimer la justesse du Poète Divin qui est  l’Eternel des armées; Et faire de moi un Blumenvase   » vase à fleur » remplit de fleurs d’espoir,  de vie, d’amour et consacré. 

C’est là le prix du brisement.