La solitude est un fauve que l’on arrive à dompter avec le temps.

À force de la fréquenter je m’y attache je me surprends j’en rie, j’en pleur, j’angoisse…

De cette compagnie binaire j’en tire leçon de vie; je visualise et j’attire mon choix de vie vers la pensée élevée de Dieu.
Courage, patience  forgés dans le creuset ardent de l’épreuve m’orientent dans le labyrinthe énigmatique de la vie.

Mon ami, je ne puis m’ouvrir à l amour mais à l’espérance cordage  du secours qui me vient de Dieu.
Ma solitude est un fauve dompté qui m’emmène vers le chemin miséricordieux de Dieu.